Dakar - Cap Verde

Dakar - Cap Verde

 

      Latécoère avait défriché le terrain dès le printemps 1924 et trois Bréguet 14 arrivèrent au Brésil en janvier 1925. Ils relient alors Rio à Buenos Aires en trente six heures avec escales à Santos, Florianopolis, Porto Alègre, Pelotas, Montévidéo et, au final, Buenos Aires.Mais  traverser l'Atlantique, cela veut dire parcourir 3000 km, sans escale, au dessus de l'Océan. Pour le courrier, on utilise d'abord des bateaux rapides, des avisos qui font la traversée en quatre à six jours. Latécoère a l'idée de transformer un avion, un Laté 28, en lui mettant un moteur Hispano de 650 CV et des flotteurs à la place des roues. Le Laté s'improvise ainsi hydravion. C'est le 12 mai 1930 que Mermoz réussit la traversée en vingt et une heures de vol, de Dakar à Natal. En 1930, la ligne Toulouse-Santiago, longue de 13 000 km, est officiellement ouverte.

 

 

La fin des lignes Latécoère

 

© Air France
 
       
 

 
Hydrobase de Dakar
 
 
                                                        

 

 Base de départ de la traversée

 

 

Le 27 décembre, à 08 heures, l'hydrobase de Dakar ...

 
 
Laté 38 au stationnement

                                                   
       
   
 
 
                             
        
Un Laté 38 du Trafic AI au départ ...

 

 
 
 



 
                                  
        
Démarrage des moteurs pour le Laté rouge de Phil

 

 
                               
        
Démarrage des moteurs pour le Laté blanc de JP,
les deux appareils alignés prêts au décollage


  

 

 
                                                    



                              
 
 
 
 
        
Top départ !

 

 
 

                             
       

   

 
                             
        
Après avoir gagné les airs, en route pour l'hydrobase de Calheta Sao Martinho, sur l'île cap-verdienne de Santiago




 
 
 



                             
        
Le continent africain disparait peu à peu derrière nous


                  
 
 

                  
 
 
 
 

 
 



                             
        
les îles de CAP VERDE sont désormais en vue



 

                             
        
Après un passage à gauche de la petite l'ile proche de Praia, cap au 285 vers notre hydrobase


              
       

  

 
 



                             
        
l'île cap-verdienne de Santiago est toute proche

 

     

                             
        
Passage au dessus des terres vièrges




                             

Le Laté 38 de Jean-Pierre en approche de l'hydrobase

 
 
 

   

                                        
        
Survol de l'hydrobase

  
   

                             
        
Dernier virage puis amerissage


      

                             
        
Réduction des gaz, la manoeuvre dans l'eau est digne d'un marin

    

 
 



 
        
L'appareil est ancré à une bouée

 
L'HYDROBASE DE CALHETA, CAP VERDE :


     
L'hydrobase de la Compagnie générale aéropostale (CGA) de Calheta Sao Martinho, sur l'île cap-verdienne de Santiago, a permis au Lieutenant de vaisseau Paulin Paris, premier pilote à avoir assuré la liaison aérienne entre Saint-Louis du Sénégal et Calheta de Sao Martinho, soit une distance d'environ 500 km, le 6 mars 1928, à bord d'un bimoteur CAMS 51. Selon les documents de l'époque, l'hydrobase, construite en 1928 dans une petite baie située à une dizaine de km de Praia, fut pendant trois ans un maillon important sur la route de l'Aéropostale entre la France et l'Amérique du Sud, le Cap-Vert ayant été choisi comme ultime escale avant la traversée de l'Atlantique en direction du Brésil. C'est dans cette base que se faisait la jonction entre les CAMS et les "avisos", petits bateaux de la marine française, datant de la Première guerre mondiale, qui acheminaient le courrier entre le Cap-Vert et les îles Fernando Noronha et le rocher Saint-Paul, au large du Brésil. Puis, en mai 1930, Jean Mermoz relia pour la première fois en un vol direct d'une vingtaine d'heures Saint-Louis du Sénégal à Natal, au Brésil, à bord d'un Latécoère-28. A partir de là, Calheta n'accueillit plus les CAMS et avisos, mais continua un temps à servir de relais radio à la ligne transatlantique. En mars 1931, l'Aéropostale était mise en liquidation judiciaire et, deux ans plus tard, fusionnait avec d'autres compagnies, donnant naissance à Air France. En 1981, la compagnie aérienne française avait d'ailleurs organisé une cérémonie à Calheta Sao Martinho, au cours de laquelle avait été fixée une plaque commémorative. Des médailles avaient aussi été remises à deux ouvriers cap-verdiens qui avaient participé à sa construction. Le hangar et la grue ont aujourd'hui disparu, mais subsistent encore le pont et des bâtiments qui abritaient les logements et le poste de communication TSF.

 

 

La traversée de l'Atlantique sud

© Air France