Cap Juby - Villa Cisneros

Cap Juby - Villa Cisneros

 
 
 
       De saut de puce en saut de puce, les avions progressent sur la ligne avec de nouveaux points d'atterrissage tels Agadir, Cap Juby, Villa Cisneros, Port Etienne, Saint Louis, Dakar : 2850 km dont 1500 au dessus du Sahara, alors occupé par des tribus de Maures hostiles. Avec des températures torrides, des vents de sable redoutables, chaque vol était une aventure aux résultats imprévisibles. Un vol préliminaire a lieu le 3 mai 1923 avec trois avions (des Bréguet 14). Après des atterrissages forcés en plein désert, Dakar est finalement atteint le 5 mai.
 
       L'arrivée au sol ne pose guère de problème, près de vieux forts espagnols à Cap Juby et Villa Cisneros. Mais l'autorité espagnole s'arrête aux portes du fort et les occupants du désert, les Maures, tirent sur les avions et font prisonniers les pilotes pour demander une rançon. Inconnus et insoumis, ces " guerriers bleus " ont alors très mauvaise réputation. Le premier jour, ils coupent un doigt d'un prisonnier et l'envoient aux autorités pour la rançon ; le deuxième, ils coupent la main et cicatrisent les plaies avec de la bouse de chameau. 
  @ voir : Cap Juby
 

 

   

Fort de Tarfaya
 

Cap Juby
 

Personnels et pionniers de la Cie 

 

 

 

 
 
Douglas C47, Air France "Postale de Nuit" au Stationnement

                                                   
au second plan, l'appareil de Filipo au décollage
 

 
 
 
              




Décollage de Cap Juby, virage et passage au dessus du fort de Tarfaya

 
                             
        


 
 
une météo encore capricieuse, des turbulences et une visibilité parfois réduite


                             
 
 

 
 
 
 
 

                               
        
les appareils volent ensemble
 

             

 

 

 

 

 
                             
        
Sur cette étape, la monotonie du paysage nous engourdit. Nous rêvons de thé à la menthe, allongés sur un tapis volant...

Mais en guise de couchage en altitude, nous avons droit à un épais matelas de nuages bourgeonnants.
 

             

  

 
                             
        
Vol en formation sérée

 

 

 
 
                             
        
Cap au 220, les appareils survolent le sable africain

 

                             
        
Le vide à perte de vue, voici le festin des braves. Aviateurs sans repos, et sans répit. Heureusement pour nous,
nous sommes solidaires à travers le réseau. Nous maintenons le cap grâce à nos adresses IP.

                             
        
Vues depuis le cockpit

    

                             
        
Cap Juby est en vue à l'horizon

      

                             
        
Villa Cisneros... Un bout du monde ! Une lagune, une langue de sable, du vent et de l'eau, nous sommes ici aux antipodes des alpages savoyards !

  

 

 


 
 
   


                             
        
Survol de la lagune
 

 
Jean-Pierre en courte finale 

  


Villa Cisneros



                                                      


   

                              
                    
 


 Attéro du C47 de filipo vue depuis l'appareil de Jean-Pierre
 

 
 
 
 
              
 

   
        
les C47 sont au stationnement