Tanger - Rabat

Tanger - Rabat

 
 

       De saut de puce en saut de puce, les avions progressent sur la ligne avec de nouveaux points d'atterrissage tels Agadir, Cap Juby, Villa Cisneros, Port Etienne, Saint Louis, Dakar : 2850 km dont 1500 au dessus du Sahara, alors occupé par des tribus de Maures hostiles. Avec des températures torrides, des vents de sable redoutables, chaque vol était une aventure aux résultats imprévisibles. Un vol préliminaire a lieu le 3 mai 1923 avec trois avions (des Bréguet 14). Après des atterrissages forcés en plein désert, Dakar est finalement atteint le 5 mai.

 

 
 
 
 
            

 Breguet XIV stationné devant les hangars

Le 1er novembre, matin de bonne heure, aéroplace de Tanger... 

 
 
Tiger Moth au Stationnement

                                                   
       
   
 
 
                             
        
Roulage vers l'Ouest du terrain, nous avons un vent de 25 noeuds au 95


   
 

 

 
                             
        
on s'aligne ... et top décollage
 
  
 
    
 



   

 

 

Ville de Tanger

 
 
 
 
            






  
Survol de Tanger 

 

 

 



                             
        
Cap au sud, on longe l'océan atlantique




 
 
 
 
 
 
                             
        
Bonne météo dans l'ensemble si ce n'est ce vent violent et ces courants ascendants


 

 
                             

Vues depuis le cockpit



 

                              
        
Quelques nuages sur notre route

 

   

 

 
Les deux appareils côte à côte durant cette courte étape
 
 
 



 
 
 
 

 
 

 
 
 

 

   
 
 
On approche de la ville de Rabat
 

                             
  



 

Ville de Rabat

 
 
 
 
            

 

 

Les deux appareils vus depuis le terrain de l'Aéropostale de Rabat

     

 
 
        
 
En route vers le terrain de Latécoère



    
                             
        
Cap vers l'ouest pour effectuer le virage au 90
   
        
Attéro du premier TIGER MOTH
 
 
   
                             
        
Le second Tiger s'alligne sur le terrain, vent de face à plus de vingt noeuds

   

              
        
Atterissage sur le terrain en herbe de Rabat
 
 
 
Atterrissage vu depuis l'appareil à JiPé
 
 
 
      
                                    
        
Tiger Moth au parking



 
   

 

 

        Le 8 mars 1919, Pierre-Georges LATECOERE décolle de Toulouse-Montaudran pour Rabat où il se pose le lendemain après midi accueilli par le Maréchal LYAUTEY.

 

        Pour montrer l’intérêt d’une liaison aérienne il lui apporte un exemplaire du quotidien « Le Temps » acheté le 7 à la gare Matabiau, et un carton de violettes fraîches pour la Maréchale. L’appareil continue sur Casablanca d’où il revient à Rabat.

 

        Cinq jours après son départ de Montaudran, l’appareil, de retour à Toulouse, est porteur d’un courrier officiel de la Résidence pour le quai d’Orsay et d’une enveloppe pour la Chambre de Commerce de Toulouse postée le 12 mars 1919 à 7 heures et arrivée le 14 à 21 heures. Ce fut le premier courrier civil officiel « Par avion ».

 

        A la suite de ce vol, le Maréchal LYAUTEY accordera une subvention de 1 million de Francs, donnera 15 Breguet XIV de l’armée plus adaptés que les Salmson, et fera étudier un projet de contrat postal. La ligne est née…

 
 

        A partir du 1er septembre 1919 ouverture d’un vol postal régulier Toulouse Casablanca sur Breguet XIV, d’abord hebdomadaire, puis progressivement quotidien.

La Chambre de Commerce de Toulouse a toujours été partenaire de Latécoère et de l’Aéropostale. Outre ce 1er courrier de 1919, elle apporta son soutien à l’Aéropostale en félicitant Latécoère pour le prolongement de la ligne jusqu’à Dakar (Mission Roig) et en frappant une médaille, en 1928, rendant ainsi hommage à la compagnie et à ses pilotes.